insulter

insulter

insulter [ ɛ̃sylte ] v. tr. <conjug. : 1>
insulter à « braver » 1352; lat. insultare, proprt « faire assaut contre »
IVx Attaquer, assaillir. « l'écume insultant le rocher » (Hugo). IIMod.
1(1611) Attaquer (qqn) par des propos ou des actes outrageants. injurier, offenser. Se faire insulter. Il ose m'insulter ! Je ne me laisserai pas insulter. « Elle croit me rabaisser en m'insultant ! Tes injures n'atteignent que toi ! » (Giraudoux). Pronom. (récipr.) Elles se sont insultées comme des chiffonnières. (Choses) Constituer une grave offense contre. outrager.
2Tr. ind. (v. 1650) INSULTER ÀVx Faire insulte. « Insulter aux dieux » (Fénelon). blasphémer. Mod. et littér. Les « mauvais prêtres, quand ils insultent au culte qu'ils ont trahi » (Suarès).
Fig. Constituer un défi, par contraste avec une chose respectable. Le luxe des riches insulte à la misère des déshérités.
⊗ CONTR. Respecter.

insulter verbe transitif (latin insultare, attaquer) Proférer des insultes à l'égard de quelqu'un : Se faire insulter par un chauffeur ivre. Blesser la dignité de quelqu'un, l'honneur : Son attitude nous insulte tous. Porter une grave atteinte à quelque chose : Insulter le bon sens.insulter (citations) verbe transitif (latin insultare, attaquer) Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Oh ! n'insultez jamais une femme qui tombe ! Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe ! Les Chants du crépuscule, Oh ! n'insultez jamais…insulter (difficultés) verbe transitif (latin insultare, attaquer) Construction et sens 1. Insulter v.t. = offenser par des paroles blessantes, des actes injurieux. Insulter qqn.« Ah ! n'insultez pas une femme qui tombe »(V. Hugo). Registre courant. 2. Insulter à v.t. ind. = manquer gravement, en parole ou en action, au respect dÛ à qqn ou à qqch. N'insultez pas à la mémoire des morts. Registre soutenu. ● insulter (synonymes) verbe transitif (latin insultare, attaquer) Proférer des insultes à l'égard de quelqu'un
Synonymes :
Blesser la dignité de quelqu'un, l'honneur
Synonymes :
insulter verbe transitif indirect Littéraire. Traiter avec mépris, insolence, ce qui a droit au respect, à la pitié : Insulter au malheur de quelqu'un.

insulter
v. tr. Offenser (qqn) par des insultes. Insulter publiquement qqn.

⇒INSULTER, verbe trans.
I. — Insulter qqn/qqc.
A. — 1. Vx ou littér. Qqn insulte qqn/qqc. Faire acte d'agression, de violence envers quelqu'un ou quelque chose. Hercule entre dans le fourré où était le lion, le provoque, l'insulte à coups de pierres (PROUDHON, Guerre et Paix, 1861, p. 17). Partout l'art du quinzième siècle insulté par l'eustache sauvage du voleur, partout la double dégradation de l'homme et du monument (HUGO, Fr. et Belg., 1885, p. 52).
P. anal. [Le suj. désigne un inanimé] J'ai pour spectacle ce drame, l'écume insultant le rocher (HUGO, Actes et par., 2, 1875, p. 462). Elle [la foudre] les frappe [les figures géantes des colosses de Memnon], les cogne, les insulte, et les laisse défigurées comme le boxeur sur sa chaise (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 108).
2. TECHN. MILIT., vx. Qqn insulte qqc. Mener une attaque armée, généralement par surprise, contre un ouvrage défensif, un territoire. Insulter une place. Insulter une demi-lune (Ac. 1798-1878). Ces provinces (...) dont les rivages étaient souvent insultés par les flottes des Barbares du Nord (CHATEAUBR., Martyrs, t. 2, 1810, p. 63). Dès l'année 641, une masse innombrable de barbares, Cimbres et Teutons, avaient insulté les frontières orientales de la république (MÉRIMÉE, Essai guerre soc., 1841, p. 53) :
1. [Saladin] en profita pour venir menacer le royaume de Jérusalem du côté de Gaza, tandis que Nour Ed-Dîn insultait la grande forteresse franque du Crac de Moab.
GROUSSET, Croisades, 1939, p. 204.
B. — 1. [Le sujet désigne l'agent] Synon. offenser, outrager, injurier.
a) Qqn insulte qqn. Proférer des paroles, avoir un comportement (interprétables comme) portant atteinte à la dignité de quelqu'un. Il est allé l'insulter jusque chez lui (Ac.). Insulter une femme par des propos offensants (Ac. 1935). Je l'entends encore insulter Picquart, le traiter de menteur, aux ricanements des chefs qui le couvraient de leurs bienveillants témoignages (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 119). Mon père les insulta dans sa colère : « Imbéciles! leur dit-il. Bétail châtré! (...) vous êtes la vermine des morts et jamais ne saisirez rien de la vie » (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 857) :
2. CROCKSON, solennel : Vous êtes un idiot et je vous ai giflé. (Simplement.) Épée ou pistolet? RASCASSE : Je ne me battrai pas. CROCKSON : Vous avez peur. RASCASSE, fou de rage : Comment? CROCKSON, tremblant : Vous avez peur. RASCASSE : Je crois, monsieur, que vous venez de m'insulter. (Il le gifle longuement). Épée ou pistolet?
ACHARD, Voulez-vous jouer, 1924, I, 3, p. 59.
[Avec un compl. introd. par dans/en spécifiant ce à quoi on porte atteinte] Insulter qqn dans son honneur. Je l'insultai dans sa mère, et dans sa femme, et dans sa fille, et dans toute sa postérité (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 234).
[P. méton. du compl. dir.] Insulter l'honneur de qqn. Je ne veux pas être professeur comme lui [mon père] (...), j'insulte toute sa vie en déclarant que je veux retourner au métier comme nos grands parents! (VALLÈS, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 378).
[Avec un compl. introd. par de spécifiant ce qui constitue une insulte] Vous qui fûtes la grâce ou qui fûtes la gloire, Nul ne vous reconnaît! un ivrogne incivil Vous insulte en passant d'un amour dérisoire (BAUDEL., Fl. du Mal, 1859, p. 159). Et le petit Farou les insulta du regard (COLETTE, Seconde, 1929, p. 28).
P. anal. [Le suj. désigne un animal] La vieillesse d'un écrivain, c'est sa propre statue à laquelle il ne peut plus rien ajouter et sur laquelle les nouvelles vagues de moineaux se posent, et ils l'insultent de leurs fientes (MAURIAC, Nouv. Bloc-Notes, 1961, p. 353).
Emploi pronom.
réciproque. C'est trop petit pour nous trois, Legrand, Vingtras et la Misère (...). Nous nous insultons du regard pour une porte ouverte, une fenêtre fermée (VALLÈS, J. Vingtras, Bachel., 1881, p. 390). Deux petits poisses (...) se mirent à s'insulter, au comptoir. Ou plutôt l'un insultait l'autre, qui ne disait rien, feignait de prendre cela à la blague (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 846).
réfl., rare. La plus jeune des La Mortagne ne quittait plus la villa de Florinde — cependant que sa mère, dévorée à d'autres feux, passait sa vie à s'insulter elle-même au pied des autels (TOULET, Demois. La Mortagne, 1920, p. 167).
Emploi abs. La rue crie, acclame, insulte, élève des barricades, fermente (ARNOUX, Roi, 1956, p. 325).
b) P. ext. Qqn insulte qqc. Avoir des propos ou un comportement (interprétables comme) marquant du dédain ou du mépris envers quelque chose. Le jeune homme avait un hautain sourire. Il insultait mentalement la foudre. Il la défiait (L. DAUDET, Voy. Shakesp., 1896, p. 27) :
3. J'ai vu Pierre Loüys insulter cette prose intolérable, jeter, piétiner Le Rouge et le Noir, avec une étrange et peut-être juste fureur...
VALÉRY, Variété II, 1929, p. 124.
c) P. anal., littér. Qqc. insulte qqc. Causer de graves atteintes à l'intégrité de quelque chose. Ces navires-fumaillons qui crachent, graillonnent, insultent le bleu du ciel et la propreté du vent! (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 194).
2. [Le suj. désigne ce qui constitue une insulte]
a) Qqc. insulte qqn. Être (interprété comme) une atteinte à la dignité de quelqu'un. — Si tu n'as pas le trac, tu n'en feras pas un de plus, dit Georges. — Je n'aurai pas le trac, dit Boris, que ce doute persistant insultait (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1242). Alvaro : La gloire de l'Espagne a été de réduire un envahisseur dont la présence insultait sa foi, son âme, son esprit, ses coutumes (MONTHERL., Maître Sant., 1947, I, 4, p. 612).
Emploi abs. Il faut bien ravaler la grandeur qui insulte (CAMUS, Sisyphe, 1942, p. 99).
b) Qqc. insulte qqc. Constituer une grave atteinte à l'intégrité, l'existence de quelque chose. Le silence qu'insultaient ces rires (GREEN, Journal, 1944, p. 126).
II. — Littér. Insulter à qqn/qqc. Synon. de offenser, outrager.
A. — [Le suj. désigne l'agent]
1. Vx. Qqn insulte à qqn. Proférer des paroles, avoir un comportement (interprétables comme) offensant quelqu'un par une attitude de dédain, de défi, de mépris. Il ne faut pas insulter aux malheureux (Ac.). Tous les habitants sans exception, [doivent se garder] d'insulter en quelque façon aux militaires (Le Moniteur, 1789, p. 338). Allez : dans leurs tombeaux outragez vos ayeux; Dénoncez vos parens, insultez à vos dieux (MICHAUD, Printemps proscrit, 1803, p. 50) :
4. ... puisque vous êtes maintenant comédien comme nous, il faut savoir souffrir certaines insolences. — Je ne laisserai jamais, répondit Sigognac, personne insulter en ma présence à l'adorable Isabelle...
GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 219.
2. Vieilli. Qqn insulte à qqc. Avoir des propos ou un comportement (interprétables comme) marquant de la désinvolture, du dédain, du mépris envers quelque chose qui est normalement respectée. Insulter à la raison, au bon sens, au bon goût (Ac.) Insulter au malheur, à la misère. Elle restait auprès de moi (...) tandis que, dans mon humeur féroce, j'insultais ainsi à l'amour, et laissais grommeler ma démence sur une bouche humide de ses baisers (MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 241). Ne tentez pas de l'éclairer [le lecteur]. Il criera que vous insultez à ses croyances (FRANCE, Île ping., 1908, p. 5) :
5. — Vous insultez peu généreusement à mes remords, Musdoemon. — Eh bien! si tu en as, Elphège, pourquoi leur insultes-tu toi même chaque jour par des crimes nouveaux?
HUGO, Han d'Isl., 1823, p. 83.
3. P. anal., rare. Qqc. insulte à qqc. Causer de graves atteintes à quelque chose. Comme la vie a fané notre cœur Novembre insulte à la fleur du bocage (TOULET, Vers inéd., 1920, p. 106).
B. — Vieilli. [Le suj. désigne ce qui constitue une insulte]
1. Qqc. insulte à (qqc. de) qqn. Être (interprété comme) offensant en tant que manifestation d'insolence, d'irrespect, de défi. Le mépris flamboyait dans les yeux de Laurence, son front pâle et ses lèvres dédaigneuses insultaient à ces hommes (BALZAC, Tén. affaire, 1841, p. 130). Telle âme irritée par la douleur sera au contraire poussée à la haine de tout ce qui lui paraît triompher d'elle; et tout ce qu'elle a connu lui paraît insulter à son infortune (AMIEL, Journal, 1866, p. 352). Le lustre insultait à leur dénuement, à leur misère (LA VARENDE, Bric-à-brac, 1953, p. 23).
2. Qqc. insulte à qqc. Constituer une grave atteinte à l'intégrité, l'existence de quelque chose. [Les vitraux de Saint Séverin] avaient sans doute été privés volontairement de reflets, afin de ne pas insulter par une insolente gaieté de pierreries en feu à la mélancolique détresse de cette église (HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 53). La batterie devient un jouet (...) dont le vacarme insulte à la nuit (GENEVOIX, Boue, 1921, p. 216).
Prononc. et Orth. : [], (il) insulte []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1352-56 insulter a « braver » (BERSUIRE, T. Liv., BN 20312 ter, fol. 44 r° ds GDF. Compl.); 2. av. 1464 « attaquer » (J. CHARTIER, Chron. de Ch. VII, ch. 282, Bibl. Elz. ds GDF.); 3. av. 1527 [ms. XVIe s.] « se révolter » (D'AUTON, Chron., Richel. 5081, fol. 9 v°, ibid.); 4. 1611 « faire des reproches, réprimander » (COTGR.); 5. id. « outrager, faire injure » (ibid.); 6. 1647 (VAUG., p. 537 : Ce mot est fort nouveau, mais excellent pour exprimer ce qu'il signifie. Cette phrase particulierement luy [M. de Coeffeteau] sembloit si elegante insulter à la misere d'autruy). Empr. au lat. class. insultare proprement « sauter sur », fig. « se démener avec insolence, être insolent; braver, attaquer, insulter ». Fréq. abs. littér. : 1 060. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 744, b) 1 500; XXe s. : a) 1 590, b) 1 259.

insulter [ɛ̃sylte] v. tr.
ÉTYM. 1352, insulter à « braver »; lat. insultare, proprt « faire assaut contre », de insultum, supin de insilire « s'élancer sur », de in- locatif, et salire « sauter ».
———
I Vx.
1 V. intr. Faire assaut, faire une attaque contre; se révolter, se soulever contre. || « Ce drame, l'écume insultant le rocher » (Hugo, Actes et paroles, in T. L. F.).
2 V. tr. (Mil. XVe). Vx. Attaquer vivement (une place forte, un poste…). || « Insulter une demi-lune » (Académie, 1878).REM. Encore chez Mérimée (1841) et chez l'historien René Grousset (in T. L. F.).
———
II Mod.
1 (1611). Attaquer (qqn) par des propos ou des actes outrageants. Insulte; injurier, offenser, outrager; fam. engueuler; vieilli aubader. || Insulter qqn (→ Abreuver, cit. 7; chacun, cit. 13; gosier, cit. 8). || Insulter qqn dans son honneur. || Se faire insulter, se laisser insulter (→ Marcher sur les pieds). || Il ose m'insulter ! || Insulter « une femme qui tombe » (Hugo). Absolt. || Insulter après avoir divinisé (→ Idolâtrie, cit. 5).Pron. || Elles se sont insultées comme des chiffonnières.
1 Quoi ? Madame, un barbare osera m'insulter ?
Racine, Iphigénie, III, 6.
2 (…) elle (la misère) vous avilit, elle donne le droit aux butors qui ont de l'argent de vous insulter et de vous plaindre.
G. Sand, Lettres à Musset, 26 juin 1834.
3 Et elle croit me rabaisser en m'insultant ! Tes injures n'atteignent que toi, femme perdue !
Giraudoux, Électre, II, 6.
Par métonymie du compl. Littér. || Insulter l'honneur de qqn.
Littér. (Compl. n. de chose). || Insulter les éléments.(Sujet et compl. n. de chose). || Des fumées noires insultaient l'azur. || « Le silence qu'insultaient ces rires » (J. Green, Journal, 1944, in T. L. F.).
(Sujet n. de chose). Constituer une grave offense contre (qqn). Outrager. || Ton doute, ton scepticisme nous insulte.
Vx. ou littér. Offenser par un outrage. Outrager. || Insulter la foi de ses pères (→ Avilir, cit. 2).
4 J'appelle insulter la majesté de Jésus-Christ, demeurer en sa présence dans des postures immodestes (…)
Bourdaloue, le Mystère de la Passion de J.-C., t. I, p. 184.
5 Quelque rival indigne (…)
Insulte mon amour, outrage mon honneur !
Voltaire, les Scythes, II, 5.
2 Trans. dir. a (1685). Vx. || Insulter contre : proférer des insultes contre. || Insulter contre qqn.REM. Cette forme, critiquée par Trévoux et donnée comme vieillie par Littré, n'a jamais été admise par l'Académie.
6 Le second (médecin) insultant contre le premier, qui s'opposait à son avis (…)
Pascal, les Provinciales, II.
b (V. 1650). Vx. || Insulter à… : faire insulte à. || « Insulter aux dieux » (→ Arrogance, cit. 5, Fénelon). Blasphémer. Compl. n. de chose. → cit. 7.1.
7 (On) le reçut avec des huées. On l'entourait; on lui insultait en face.
Voltaire, Zadig, XIX.
7.1 Je vois bien, dit le génie, que vous me bravez l'un et l'autre, et que vous insultez à ma jalousie (…)
A. Galland, les Mille et une Nuits, t. I, p. 135.
Vx. Sujet n. de chose. || « Ses lèvres dédaigneuses insultaient à ces hommes » (Balzac, in T. L. F.).
(1647, Vaugelas). Mod., littér. Traiter avec mépris, ou insolence (le compl. désigne une chose abstraite).
8 Il est d'un grand courage et d'un cœur généreux,
De ne point insulter au sort d'un malheureux (…)
Cyrano de Bergerac, la Mort d'Agrippine, V, 6.
9 Nos superbes vainqueurs, insultant à nos larmes (…)
Racine, Esther, I, 6.
10 Elles avaient la figure des mauvais prêtres, quand ils insultent au culte qu'ils ont trahi.
André Suarès, Trois hommes, « Ibsen », VI.
3 (1685). Fig. Constituer un défi, par contraste avec une chose respectable. || Le luxe de quelques-uns insulte à la misère générale. || Leur allégresse insulte à ma douleur (Académie). → Cruauté, cit. 40; gaieté, cit. 11.
——————
insulté, ée p. p. adj. et n.
1 Vx ou archaïsme. (Choses). Attaqué, atteint (→ Insulter, I.).
2 Mod. (Personnes). Qui a reçu une insulte.N. m. (1873). || L'insulté : la personne insultée. || L'insulté a le choix des armes. Offensé.
CONTR. Respecter. — Complimenter, louer. — (Du p. p.) Agresseur, offenseur.
DÉR. Insultant, insulteur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • insulter — Insulter. v. a. Maltraiter quelqu un de fait ou de paroles, de propos deliberé. Insulter quelqu un, l insulter de paroles. il l a esté insulter jusques chez luy. Il sign. aussi, Prendre avantage de la misere d un homme pour luy faire quelque… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Insulter — In*sult er, n. One who insults. Shak. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • INSULTER — v. a. Maltraiter, outrager quelqu un de fait ou de parole, de propos délibéré. Insulter quelqu un, l insulter de paroles. Il est allé l insulter jusque chez lui. Être insulté publiquement. Insulter une femme par des propositions qui outragent sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • insulter — (in sul té) v. a. 1°   Attaquer par un coup de main, en parlant d une place de guerre et de fortifications. •   Les troupes du roi insultèrent en 1677 avec tant de courage et de bonheur la contrescarpe de Valenciennes, qu elles emportèrent la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • insulter — vt. , outrager, offenser vivement, injurier, couvrir d injures, prendre à parti, invectiver, vilipender ; accabler de reproches ou de sottises, houspiller, engueuler : agonizî vt. (Annecy.003, Genève, Leschaux.006, Thônes.004, Villards… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • INSULTER — v. tr. Outrager de fait ou de parole, avec dessein prémédité d’offenser. Il est allé l’insulter jusque chez lui. être insulté publiquement. Insulter une femme par des propositions offensantes. Il signifie intransitivement Manquer à ce que l’on… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Insulter — Insulte Insultes représentées dans la BD. Le premier texte en français mentionnant des insultes qui nous soit parvenu est La Chanson de Roland au XIe siècle et sont adressées aux Sarrasins …   Wikipédia en Français

  • insulter — noun see insult I …   New Collegiate Dictionary

  • insulter — See insult. * * * …   Universalium

  • insulter — noun Agent noun of insult; someone who insults …   Wiktionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”